Les négociations relatives à l’accord interprofessionnel (AIP) débutent bientôt ! Mais de quoi s’agit-il ? Pourquoi est-ce important pour vous ?

L’AIP, c’est quoi ?

Tous les deux ans, employeurs et syndicats se retrouvent autour de la table pour discuter d’un accord interprofessionnel. Cet accord s’applique à tous les travailleurs du secteur privé, c’est-à-dire plus de 2,8 millions de travailleurs.

Il fixe pour deux ans une série de points qui constitueront le socle des négociations pour la conclusion de conventions collectives de travail (CCT) dans les secteurs, puis dans les entreprises.

Les points mis sur la table dépendent des cahiers de revendications de chacun. Les employeurs viennent régulièrement avec des revendications de modération salariale, de flexibilité, de réductions de charges. Les organisations syndicales, elles, se battent pour améliorer le salaire des travailleurs, les conditions de travail ou encore les rythmes et cadences de travail.

La question des salaires

Mais le thème central est bien entendu la question des salaires. En effet, en Belgique, le niveau des salaires n’est normalement pas fixé par la loi ou par des règles, mais via lanégociation collective. Ce sont les interlocuteurs sociaux qui fixent les barèmes proprement dits via une convention collective de travail (ou CCT). Lors des négociations de l’AIP, les interlocuteurs sociaux fixent une norme salariale. Cette norme salariale permet d’indiquer une évolution positive des salaires. Ensuite, chaque secteurs de l’économie belge négocie lesaugmentations salariales.

En étant autours de la table des négociations de l’AIP, la FGTB défend donc les droits de l’ensemble des travailleurs. Pour la FGTB, il est grand temps que les travailleurs obtiennent leur part des évolutions techniques et économiques. Nous nous battrons donc pour unpouvoir d’achat retrouvé en exigeant une augmentation substantielle des salaires (en plus de l’indexation) et une augmentation du salaire minimum que nous souhaitons voir relevé à 14€/h, c’est-à-dire 2.300€/mois (aujourd’hui il s’élève à environ 1.500€).

Les 10 priorités de la FGTB

Pouvoir d’achat

  • Une marge solide permettant en plus de l’indexation une augmentation des salaires
  • Un salaire minimum de 14€/h (2.300€/mois)
  • Supprimer l’écart salarial entre hommes et femmes f/h
  • Une meilleure intervention dans les frais de déplacement
  • La poursuite de l’harmonisation vers le haut des conditions de travail E/O, en supprimant les discriminations existantes au niveau du pécule de vacances

Qualité des emplois

  • Tous les travailleurs doivent avoir droit à 5 jours de formation
  • Un travail faisable au travers de mesures concrétes diminuant le stress et la pression au travail
  • La réduction collective du temps de travail
  • Des journées de travail  normales : stop à l’hyperflexibilité

Fin de carrière

  • Maintien de conditions RCC et emplois de fin de carrière équitables. Nous exigeons des conditions d’accès équitables pour les régimes de fin de carrière et pour les emplois de fin de carrière. Concrètement :
    • RCC métiers lourds et RCC carrières longues : maintien à 59 ans.
    • RCC entreprises en difficulté/entreprises en restructuration: maintien au moins à 58 ans.
    • Emplois fin de carrière entreprises en difficulté/entreprises en restructuration : maintien à 55 ans.
    • Emplois de fin de carrière pour tous à 58 ans (1/5) et à 60 ans (mi-temps).

Quelle utilité pour moi ?

Les accords interprofessionnels conclus depuis le début des années 60 ont permis à l’ensemble des travailleurs syndiqués ou non de voir leur situation sociale s’améliorer. Depuis, tous les deux ans, la FGTB s’attache à améliorer la situation de l’ensemble des travailleurs : augmentation de salaire, rythme de travail, solutions d’avenir face aux grands défis sociétaux sont autant de thèmes qui sont abordés par les représentants des travailleurs et des entreprises.

Qui négocie l’AIP ?

La négociation se déroule au sein de ce que l’on appelle le groupe des Dix.

Ce groupe est composé :

  • des représentants des organisations patronales
    • la Fédération des entreprises de Belgique (2 sièges),
    • l’Union des Classes moyennes (1 siège)
    • son équivalent flamand l’UNIZO (1 siège)
  • des représentants des organisations syndicales
    • la FGTB (2 sièges)
    • la CSC (2 sièges)
    • la CGSLB (1 siège)
  • du représentant des organisations agricoles (1 siège)
  • du président, qui traditionnellement est le président de la FEB